Club des Geeks 64
Publié le - 1734 aff. -

Quel est le profil des accros aux jeux en ligne?

Il est plutôt facile de tomber dans l’addiction aux jeux en ligne. C’est facile d’y avoir accès. En quelques clics vous y êtes, et de plus, vous avez l’embarras du choix. Il en a tellement et il y a même des jeux qu’il y a quelque temps encore, ou pendant votre enfance vous avez pratiqué sur les trottoirs comme le skateboard, la trottinette de descente ou la course de petite voiture. Et tout le monde joue à ces jeux, seulement certains en deviennent complètement accros jusqu’à ne pas pouvoir s’en passer. Comment reconnaitre ses gens ?

Comment reconnaitre les personnes dépendantes des jeux en ligne ?

Pour une personne accro aux jeux vidéo, il y a quelques symptômes physiques qui pourraient alerter. Certaines douleurs se font ressentir, comme la migraine ou des douleurs aux mains et poignets ainsi qu’au dos. Il y a aussi le trouble du sommeil et alimentaire ainsi qu’une mauvaise hygiène.

Par contre pour les signes psychiques, il y a de nombreuses façons de détecter l’addiction de la personne aux jeux vidéo. Un des premiers signes évidents pour reconnaitre la dépendance aux jeux vidéo est que la personne n’arrive presque plus à quitter son fauteuil devant l’ordinateur et dès qu’elle y est, elle oublie tout ce qui l’entoure, le temps et même de se nourrir. C’est comme si elle est dans un autre monde. Tout ceci devient encore plus évident quand la personne oublie certains devoirs importants et commence à avoir des problèmes au travail ou à l’école pour les enfants, beaucoup d’absence et de mensonge. Elle commence même à avoir des problèmes avec sa famille et ses amis. Elle devient solitaire et ne parle presque plus à personne. Et quand elle n’est pas devant son ordinateur, elle est irritable et déprimée et elle essaye en vain de limiter son temps devant l’ordinateur.

À ce moment-là, il faut intervenir, la personne aura peut-être besoin de l’aide d’un professionnel, mais surtout de ses proches.

Laissez votre commentaire à propos de cet article